[Critique] Pacific Rim

Pacific-Rim-Critique-Image-Wallpaper

« Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été
mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju.
Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente… »

Guillermo del Toro est un réalisateur talentueux qui a réussi à se faire plus qu’un nom dans le monde du cinéma hollywoodien avec une petite filmographie. Cette filmographie est vraiment réduite, mais elle contient quelques perles qui se nomment Hellboy ou encore Le Labyrinthe de Pan. Plus sa filmographie avance, plus ces films deviennent lyriques et s’axent sur une dramaturgie intimiste. Malheureusement ou heureusement, avec Pacific Rim il décide de se faire plaisir tout en faisant plaisir au spectateur, mais est-ce que le spectateur aime les gros robots qui détruisent tout ainsi que les monstres qui ne ressemblent à rien ?

PACIFIC RIM

Le cinéma d’action américain est quelque chose qui se cantonne toujours au même type de films. Ces derniers sont formatés et possèdent toujours la même trame scénaristique et même le même rythme, ce qui est dommage, car ça empêche à l’originalité de se mettre en place. Si Pacific Rim était attendu au tournant, c’est parce que Guillermo del Toro sait y faire concernant les films rythmés, efficaces, mais également bien écrits. Pacific Rim part du fait que des monstres géants ont attaqué le monde par le biais d’une faille qui relie notre univers au leur. Afin de les affronter, les hommes ont créé des robots géants. Vous vous demandez bien où sont cachées l’originalité et l’inventivité des films de Guillermo del Toro dans ce synopsis ? Bah tout cela est très bien caché, car malgré quelques bonnes idées, il y a une barrière qui bloque ces idées de se développer, il s’agit de la barrière du film qui divertit grâce à des effets spéciaux et non pas grâce à un scénario.

Pacific Rim possède de bonnes idées scénaristiques, dans lesquels on compte notamment toute la description des Kaiju ou encore la façon dont sont contrôlés les Jaegers. Car oui, les Jaegers ne sont pas des robots intelligents, mais bien des robots contrôlés par deux humains qui mettent en liaison leurs pensées respectives. Mettre en liaison leurs pensées les amène à ne pouvoir contrôler les pensées de l’autre et à se perdre dans ses mêmes pensées qui peuvent être trop fortes émotionnellement parlant. C’est une bonne chose et peut-être la seule bonne idée du scénario, mais cette idée pourrait être davantage explorée. Malheureusement, ce qui est recherché dans ce type de film c’est de l’action et non pas une exploration des pensées des personnages. Il y a un fond et quelque chose qui est mis en place par le scénariste et réalisateur, mais tout cela ne reste qu’en arrière-plan.

 SSD-19060.DNG

On l’aura donc compris, Pacific Rim n’est pas un film qui brille par son scénario, on pourrait même dire qu’il s’agit d’un film frustrant à cause de ce scénario. Ce qui est mis en place n’est pas exploité et qui plus est, tout cela nous amène vers des facilités prévisibles à des kilomètres. On pourrait pousser le vice encore plus loin en parlant des personnages qui ne sont que des caricatures des personnages que l’on voit régulièrement dans les films d’action américains patriotiques. Un univers mal exploité, des dialogues trop sérieux pour divertir, mais ce film est-il vraiment bon ? Oui, je vous rassure, Pacific Rim est un film que vous conseille au cinéma pour une seule chose : son visuel.

Visuellement parlant, Guillermo del Toro nous met une claque pendant toute la durée du film. Le cinéaste mexicain signe un film bien réalisé et jamais brouillon malgré le fait que tout n’est qu’exagération. Les robots sont grands comme un building de vingt étages et ils détruisent tout sur leur passage. C’est explosif, magnifiquement filmé et le film possède une véritable esthétique. Le tout est coloré et chatoyant. Malgré tout, on recensera un problème de taille : le film est réalisé à hauteur de robot et non pas à hauteur d’homme. Chose qui est un défaut pour l’immersion du spectateur dans les batailles. La plus belle scène du film (peut-être la scène la plus touchante jamais vue dans un blockbuster) est un flashback où on suit Mako jeune. Cette scène est filmée à la hauteur de l’enfant et c’est à la fois bouleversant et terrifiant. On voudrait plus de scènes comme celle-ci, scène dans laquelle on peut se mettre à la place des personnages et se rendre compte de l’ampleur de la bataille et des monstres !

 PACIFIC RIM

Pacific Rim est un film qui a beaucoup fait parler de lui depuis l’arrivée de son premier trailer sur internet, mais est-ce qu’on n’en aurait pas trop attendu ? Pacific Rim est un film visuellement bluffant qui vous met une claque à chaque instant, mais il ne franchit pas la barrière du blockbuster divertissant. Il possède de bonnes idées scénaristiques, mais celles-ci ne sont pas exploitées à bon escient et les personnages manquent d’émotivité. On notera les excellentes prestations d’Idris « Awesome » Elba, Ron Perlman qui apporte une pointe d’humour au film (qui manque cruellement de second degré) et de Charlie Hunnam qui est une bonne surprise. Pacific Rim est un œuf de Fabergé, rien de plus et c’est bien dommage, car il y a avait matière à faire bien mieux.

3

Publicités